Accompagnement des élèves

Cadrer les devoirs

20 / 02 / 2020 | Anaëlle Weiss

Compétences :

  • Comprendre ce que sont les devoirs, comment les faire, à quoi ils servent
  • Devenir autonome pour faire ses devoirs

Niveaux : tous
Supports, outils et activités : Agenda et matériel scolaire, ressources du CDI
Auteur(s) : Groupe de travail d’Evelyne Ballanfat, académie de Créteil, 2008
Fiches en lien : Les devoirs, L’approche méthodologique par compétences

Favoriser les conditions d’une réussite

Un temps :

Il doit être clairement différencié du temps des cours ou du soutien. Il est hors temps scolaire proprement dit. Cette coupure est essentielle pour deux raisons :

  • l’élève, après une journée de classe, doit pouvoir bénéficier d’un temps de pause avant de passer à un autre type d’activités. On ne saurait imposer à des enfants de se remettre au travail tout de suite après plusieurs heures d’attention et d’efforts ;
  • il doit comprendre qu’il va effectuer un travail dans des conditions différentes de la classe ; il ne s’agit pas de découvrir des savoirs nouveaux, mais de s’assurer qu’ils ont bien été assimilés, et qu’ils peuvent être réutilisés. Ainsi peut se faire la prise de conscience de l’autonomie.

Un espace :

Même si l’élève reste dans le cadre du collège, le calme après les cours est plus grand que lorsque tous les élèves sont présents. Travailler dans un climat de tranquillité est pour certains, voire pour beaucoup, une opportunité qu’ils ne connaissent pas chez eux. C’est pourquoi l’étude dirigée ou surveillée doit être paisible. Cris et agitation ne sont pas acceptables, surtout si l’on veut que les élèves puissent se déplacer pour aller chercher des documents ou demander un conseil à un adulte, ou bien consulter, aider un autre élève.

Un matériel approprié :

Avec l’aide du documentaliste, il est essentiel de mettre à la disposition des élèves :

  • des manuels scolaires de chaque niveau, et dans chaque matière ;
  • tous types de dictionnaires ;
  • les documents dont ils peuvent avoir besoin –livres, revues- ,
  • des sites internet (en veillant à ce que cela ne remplace pas le travail personnel, mais vienne l’enrichir).
  • éventuellement du petit matériel : stylos à bille de plusieurs couleurs, crayons, surligneurs, règles. Au-delà de l’aide matérielle, cela permet à l’élève de comprendre que, pour maîtriser les savoirs, il convient de posséder des savoir-faire : utiliser les couleurs pour se repérer, travailler une mise en page, mettre en évidence les points importants d’une leçon.

Bien utiliser le temps des devoirs

Le temps des devoirs fait partie du temps de travail d’un élève

La question n’est pas de savoir si la pratique des devoirs est ou non nécessaire. Si l’on veut se situer dans une perspective d’équité, l’on sait bien que tous les élèves pour qui les études ne posent pas problème font, chez eux, du travail après la classe, à la demande de leurs professeurs ou dans le cadre d’organismes privés payants. Dispenser les élèves en difficulté de ce type de réinvestissement est une manière de les couper davantage des autres.
Or, une des premières raisons pour expliquer le succès de l’aide aux devoirs vient de la liberté d’esprit que procure le sentiment de s’être « acquitté de ses devoirs ». Il ne faut pas oublier que même si un élève n’arrive pas à se mettre au travail et n’a pas « fait ses devoirs », il n’est, au fond, jamais à l’aise quand il arrive en classe et ne peut prendre confiance en lui. Lorsqu’un élève peut terminer ses devoirs pendant l’aide, il en a terminé avec sa journée d’école et rentre dans sa famille avec la sensation du travail fini. S’il n’a pas complètement terminé, il est beaucoup plus facile d’achever ce qui est commencé que de réaliser de bout en bout une tâche demandée. De plus, lorsque, le lendemain, il arrive en classe, il peut voir un bénéfice direct : celui d’avoir fait, comme tout le monde, ce qui était demandé, et de mieux participer au cours du fait de ce travail en amont.
Il est donc particulièrement important pour les adultes responsables du soutien, ainsi que pour les professeurs de la classe, d’encourager l’élève et de lui montrer le bénéfice du travail après la classe.

Le temps des devoirs participe d’un approfondissement des connaissances

Ce dispositif d’accompagnement éducatif se doit de viser, au-delà de la stricte immédiateté des « devoirs faits », des objectifs pédagogiques à plus long terme et d’amener les élèves à acquérir une culture et des habitudes de réflexion. Ces objectifs sont déjà ceux des enseignants dans leur classe et le dispositif d’aide aux devoirs, parce qu’il s’organise avec des groupes à effectifs réduits, peut aider à cette prise de conscience.
En effet, le constat a déjà été fait à maintes reprises qu’un élève qui a des facilités établit lui-même des liens entre les connaissances délivrées en classe, le réinvestissement qui lui est demandé dans les devoirs et les prolongements qu’il peut effectuer lui-même dans une perspective culturelle plus large –souvent proposée par le milieu familial-.
C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à montrer à l’élève, dans le cadre de l’aide aux devoirs, le sens de ce qu’il est en train de faire, la raison d’être des devoirs par rapport aux contenus des cours ; lui demander progressivement d’établir lui-même ces relations et de construire son autonomie, lui proposer d’aller au-delà de ce qui est strictement demandé. Par exemple, on l’aide à comprendre qu’il est en train de construire un processus intellectuel qu’il pourra reproduire dans un autre domaine –contexte ou discipline différents-. Ainsi perçoit-il le sens de résoudre un exercice : ce n’est plus seulement « obéir à la demande du professeur », savoir répéter ce que l’on a vu ; c’est convoquer des savoirs et savoir où chercher les éléments dont on a besoin en prenant conscience des compétences utilisées.

Le temps des devoirs développe la curiosité et la réflexion, construit des bases culturelles

Une fois que les élèves ont réalisé leurs devoirs, il ne faut pas hésiter à leur proposer des activités variées :

  • Réaliser des exercices supplémentaires dans des matières qui leur posent problème : constituer des classeurs d’exercices rangés par niveau et selon les progressions communes aux enseignements
  • Réaliser des jeux éducatifs aidant à comprendre que l’activité intellectuelle ne se limite pas au travail scolaire et qu’on peut y prendre du plaisir : sudokus, mots croisés, jeux de logique…
  • Lire et varier ses choix de lecture : livres mais aussi revues, magazines et journaux…
 
Directeur de publication :
Adrien David
Secrétaire de rédaction :
Anaëlle Weiss