Accompagnement des élèves

Conduire des ateliers de lecture-écriture

06 / 03 / 2019 | Anaëlle Weiss

Objectifs :

  • Améliorer sa lecture et son écriture par des pratiques collectives et individuelles ;
  • Écrire pour le plaisir

Mots-clefs : Lire, écrire, culture
Compétences :

  • Croiser oral et écrit pour comprendre ;
  • Travailler au brouillon ;
  • Bâtir une fiche, un exposé ;
  • Écrire pour le plaisir

Niveaux : tous
Outils et activités : Exemples de dispositifs pédagogiques
Auteur(s) : Groupe de travail d’Evelyne Ballanfat, académie de Créteil, 2008
Fiches en lien : Travailler l’écrit pendant l’aide aux devoirs

Remarque préliminaire

Le contenu de cette fiche ne doit pas se confondre avec la mise en place des ateliers d’écriture tels qu’on peut les pratiquer dans le cadre du pôle culturel avec, par exemple, l’intervention d’un écrivain. Il s’agit ici, dans la continuité des fiches consacrées à la place de l’oral et de l’écrit, de voir comment certaines pratiques peuvent s’allier et concourir à une meilleure compréhension ou expression de l’élève.

Problématique :

Pourquoi allier des pratiques de lecture et d’écriture ?
Parce que l’élève est souvent confronté à deux difficultés majeures :

  • sa lecture est imparfaite : la compréhension des sujets et des consignes lui pose problème car ils sont formulés selon un code particulier : que l’on pense à : « hypothèse, racine, schéma, résolution », ou les termes « si, soit, étant donné, au plus ». Un atelier, constitué d’un groupe d’élèves réduit, permet de revenir sur chaque énoncé en prenant le temps de lever les difficultés ou les confusions.
  • écrire ne lui est pas habituel : les sujets à traiter, quelle que soit la discipline, obéissent à un ordre, un protocole de rédaction : chronologie pour le récit, parti pris d’un ordre visuel dans la description, cheminement par étapes dans l’explication, enchaînement logique de l’argumentation.

Les séances d’accompagnement, dans le cadre de l’atelier lecture-écriture permettent de s’arrêter sur ces différentes caractéristiques, de les approfondir par des activités croisées d’oral et d’écrit.

Comprendre pour mieux écrire : élucider les enjeux

Expliciter de nouveau les enjeux 
On a vu à quel point il est important que le professeur, en classe, ait bien expliqué les devoirs à faire, mais aussi les compétences travaillées, à travers les exercices demandés. L’atelier, dans le cadre du soutien, doit permettre un travail oral de relecture et d’explicitation pour faire prendre conscience à l’élève de ce qu’il résout –l’exercice proprement dit – mais aussi de ce qu’il construit et qu’il pourra réinvestir – la compétence –.

Prendre l’habitude d’utiliser un dictionnaire
Ou un répertoire élaboré avec les professeurs de la classe, ou dans le cadre du soutien, dans lequel l’élève reporte les termes utiles présents dans les sujets proposés. Ainsi, il pourra être plus attentif, également, aux verbes utilisés dans les consignes, tels que « justifier, expliquer, expliciter, rédiger, donner un avis … ».

Employer des codes de couleur pour comprendre les consignes
On peut ainsi distinguer la nature et la hiérarchie des informations (une couleur pour les connaissances à réinvestir, une couleur pour le type de textes à produire, une pour les spécificités propres au sujet)

Travailler un brouillon : organiser son raisonnement
L’élève doit prendre conscience d’une nécessité : celle de travailler dans un cahier de brouillon. Ainsi est-il possible de voir les différents moments de la réflexion et d’en garder une trace. On peut résumer ainsi les différents « temps » de cet exercice qui ne se limite pas à la seule rédaction donnée en cours de français :

  • Ajuster sa démarche en fonction du sujet proposé (récit, description, explication, argumentation, résolution de problème, compte-rendu d’expérience, commentaire de document etc) ;
  • Consulter un dictionnaire (général ou de conjugaison), une encyclopédie, ou tout ouvrage documentaire en rapport avec le sujet et prendre quelques notes ;
  • Rédiger une étape après l’autre,
  • Corriger en raturant afin de garder une trace de ses choix.

Remarque : ce travail de correction peut être mené en groupe afin que les élèves apprennent à s’appuyer les uns sur les autres ou dans un échange avec le professeur qui dirige la correction.

Lire pour dire : prendre conscience qu’un écrit s’adresse à un destinataire

  • Lecture à voix haute par l’adulte, en vue de l’aider à entrer en lecture.
  • Lectures d’élèves et comparaisons de ces lectures au sein d’un groupe selon des critères de compétences qu’on leur proposera : diction, pauses, intonations, liaisons, rythme, expressivité.
  • Lecture à plusieurs voix (discours direct et indirect, dialogue de théâtre, strophes, ou tout autre découpage d’un texte permettant de mettre en valeur les étapes du texte).
  • Expliciter oralement certaines propositions ou phrases.

Séances de calligraphie : rendre la communication lisible

Maîtriser la graphie par des exercices réguliers, d’une durée raisonnable qui n’entraîne pas la lassitude. L’élève ne doit pas avoir l’impression d’une forme de corvée. Ce travail doit porter sur un extrait de texte qui fait sens pour l’élève. Il peut s’agir de recopier des passages de textes personnels que l’on a améliorés ou produits ou bien encore de citations d’auteurs. Un petit cahier peut être réservé à cet usage et être source de plaisir pour l’élève.

Ecrire pour garder des traces de ses lectures : construire des références culturelles

  • Préparer un « défi lecture » : l’élève, dans le cadre de l’atelier, pose des questions orales ou écrites, dont le professeur et le groupe vérifient la pertinence. L’étape suivante du travail en atelier consiste à organiser ces questions, les reformuler parfois de manière à faire progresser la réflexion sur le texte.
  • Rédiger une fiche de lecture en vue de préparer un contrôle de lecture (genre, situation d’énonciation, temps employés, plan et progression, rôle des personnages, thèmes abordés implicitement ou explicitement). En revanche, il convient de ne pas imposer un cadre trop rigide et toujours identique, car il risquerait de lasser l’élève et l’on sait combien les fiches trop longues, en particulier, privent souvent du plaisir de la lecture. On sélectionne quelques points dans la liste évoquée ci-dessus, selon les aspects du texte que l’on veut mettre en valeur. On n’hésite pas, en revanche, à demander à l’élève de sélectionner quelques passages qu’il a particulièrement aimés, et qu’il note ou qu’il apprend à lire à voix haute.
  • Enrichir le cahier de ses extraits préférés et de ses lectures en vue de les réinvestir, de les transmettre ou de simplement les relire pour soi, pour le plaisir et l’intérêt personnel qu’ils suscitent.

Lieux ressources

La Joie par les livres, Paris, www.lajoieparleslivres.com
Le Printemps des poètes, Paris, www.printempsdespoetes.com
La maison de la poésie, www.maisondelapoesieparis.com
La maison du conte, www.lamaisonduconte.com
Le centre de promotion du livre de jeunesse, Montreuil-sous-bois, www.salon-livre-presse-jeunesse.net
CDRLE de Seine-et-Marne (atelier du livre) : IUFM de Melun, www.ac-creteil.fr/crdp/cddp77/adl
CRDP de Créteil, Champigny, www.crdp.ac-creteil.fr/telemaque
Livres au trésor, Bobigny
Les médiathèque départementales :
Seine et Marne (Le Mée-sur-Seine, Tél : 01-60-56-95-00),
Seine-Saint-Denis,
Val de Marne,
Les médiathèques ou bibliothèques municipales.

 

Mots-clés

 culture  écrire  lire  tous niveaux

Documents

  • conduire_des_ateliers_de_lecture-ecriture.odt
  • 06 / 03 / 2019
  • conduire_des_ateliers_de_lecture-ecriture.pdf
  • 06 / 03 / 2019
Directeur de publication :
Adrien David
Secrétaire de rédaction :
Anaëlle Weiss